Chiusi

Retour à Routes

Les sources latines mentionnent Chiusi comme l’une des plus anciennes villes étrusques.

 

La ville est donc célèbre pour sa nécropole, qui occupe les collines et qui sert de ceinture à la ville actuelle.

 

Dans les campagnes cultivées et dans les bois, au cours des siècles et plus particulièrement au XIXe siècle, plus de mille tombes ont été mises au jour.

Les inhumations sont creusées dans le grès tendre, qui, s’il est vrai, a permis même de reproduire et de peindre les structures en bois des maisons, a néanmoins facilité sa dégradation, du fait de son manque de cohérence, afin de rendre souhaitable la accès à certains des hypogées les plus célèbres.

Les plus importants sont: le Tombeau du singe (480-470 av. J.-C.), le Tombeau du lion (510 av. J.-C.) et le Tombeau du pèlerin (utilisé du IVe au IIe siècle avant notre ère).

Le sous-sol du centre historique est traversé par un réseau dense de tunnels étrusques, reliés à d’anciens puits et citernes et souvent réadaptés au fil des siècles aux entrepôts et aux caves des palais. À Chiusi, la visite de ce complexe métropolitain propose également des suggestions liées à la légende de Porsenna.

Le labyrinthe de Porsenna

Le Labyrinthe de Porsenna est essentiellement une série de tunnels d’époque étrusque probable qui croisent la quasi-totalité de l’ancien Chiusi et qui ont été excavés afin de drainer les eaux de pluie. Dans le labyrinthe, le tombeau mythique du roi Porsenna n’a pas été retrouvé, selon Pliney, qui aurait été enterré sous la ville de Chiusi dans un monument doté d’un socle de 90 mètres de côté et contenant un labyrinthe surmonté de pyramides et d’une couverture en bronze.